Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les tragédies finissent mal. Le personnage tragique est brisé par des forces qu’on ne peut ni comprendre complètement ni vaincre par la sagesse rationnelle.(1) 

 

En cette fin de 2013, alors que se profilent des échéances électorales à l’orée de l’année suivante, alors que déjà la machinerie politique est lancée, alors que pointent de nombreux résultats de sondages, qu’entendons-nous ? Que voyons-nous ? Il apparait qu’un parti politique, en l’occurrence le Front National, n’arrête pas de recueillir de plus en plus de sympathie auprès des Français. Les causes de cette sympathie sont nombreuses, mais nous ne les développeront pas ici. Le fait est que le « système » risque d’être affecté grandement par cette poussée, au point d’atteindre un point de rupture. Il est certain que les tenants dudit système ne restent pas les bras croisés devant un tel phénomène. Et ils ne vont pas attendre mars 2014 pour agir. Pour eux, c’est un monde qu’il s’agit de préserver, leur monde, leur façon de l’appréhender, de l’envisager, de le concevoir, de l’administrer, de le vendre…et d’en vivre.
 
Sans jouer les prophètes (de malheur), on peut dire - sans trop se tromper, je crois - qu’il est vraisemblable qu’avant mars 2014, nous serons les témoins d’un événement important dans la vie politique française ; cet événement ne sera autre qu’un « montage » (2). Les faits seront accablants, l’enchaînement causal sera parfait, le vrai se mêlant habilement au faux ; les détails ne manqueront pas, comme les témoignages, le tout venant subtilement habiller la chose. Bref, tout aura l’apparence du vrai ; les accusations seront irréfutables, mais tout aura été orchestré, piloté, agencé dès le début.
 
D’ici mars 2014, une affaire éclatera ; une affaire à laquelle le Front National sera mêlé de près ou de loin et qui précipitera immanquablement sa chute. Cette mystification empêchera ce parti politique de poursuivre normalement sa course. Il ne pourra pas s’en relever.
 
La démocratie, c’est aussi cela, tant il s’agit d’une croyance qui ne tolère pas la vérité. Les Grecs, pleins d’imagination mais aussi de sagesse, avaient décelé dans la démocratie le dèmoboros (dévoreur du peuple, chez Homère) mais aussi le misodèmos (l’ennemi du peuple, chez Aristophane). Souvenons-nous - aujourd’hui plus que jamais - que nous provenons de la Grèce. Paraphrasant Duroselle (3), je dirai : les axiomes de la démocratie ne sont en fait que des postulats. C’est une des raisons d’ailleurs pour laquelle je ne suis pas démocrate… et que je ne le serai jamais.
 
En tout cela, j’espère bien me tromper. Mais j’ajouterai cependant ceci - non en sauvegarde habile mais par lucidité et réalisme : si un tel événement avancé plus haut n’arrivait pas, le Front National aura été finalement d’ici-là pris de l’intérieur, phagocyté à la tête ; bref, il aura cessé d’être ce qu’il fut. Nous verrons bientôt quelle en sera l’issue réelle.
 
Dormez braves gens ! Vous pouvez à présent vaquer, regarder votre télévision (4), jouer à la Française des Jeux, partir en vacances, lire vos journaux conformistes. Tout va très bien…
 
Notes :
(1) George Steiner, La mort de la tragédie. Chap. 1, p.10. Editions du Seuil (1965).
(2) Cf. Vladimir Volkoff aux éditions de L’Âge d’Homme.
(3) Jean-Baptiste Duroselle, Tout Empire périra. Théorie des relations internationales. Avant-propos, p.14. Armand Colin (1992).
(4) Cf. TV LOBOTOMIE - La vérité scientifique sur les effets de la télévision  de Michel Desmurget. Max Milo Editions (2011). Un ouvrage  éloquent, irréfutable, accablant. On ne peut plus regarder la télévision après cette lecture.

 

Iconographie :

Lord Jim, n°136, p.12. Classics Illustrated, Featuring Stories by the World’s Greatest Authors (1963).

Le regard de Cassandre…