Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ces temps derniers, le Front National 2 point double zéro, recrute bizarrement ses dirigeants.

Dressons le tableau.

 

Exit Agamemnon-Rochedy, entre le jeune Oreste-Dussausaye. Le premier parlait de Nietzsche, évoquait les Grecs de l’Antiquité et ses lectures de Guénon, tout en caressant sa barbe de pâtre urbain ; le second, avec son regard extatique d’ex-manifestant de la Manif Pour Tous - ressentant toujours confusément en son fondement la douleur de l’empapahouté sec par la loi Taubira -, se réclame pour sa part de Rousseau, de Marx et loue le Général à titre provisoire.

 

Pourquoi mettre en avant de telles « références » ? Pour ne pas effrayer les journalopes-érinyes ? Pour faire « décalé » et être en phase avec la belle équipe d’Anal+ ? Pourquoi ne pas sortir négligemment de ses cartons de déménagement - sous l’œil « monté sur rotule » des chroniqueurs de Presse - les portraits d’Althusser et de Deleuze, tant qu’on y est ; ou encore, pourquoi ne pas parler - sur un plateau de « tévévision », of course - du côté pince-sans-rire mais authentiquement laïc d’Enver Hodja ou de l’humour potache mais républicain intransigeant de Saloth Sâr dit Pol Pot ?

 

Et puis, le Général… Que l’on soit gaullien à la rigueur, passe encore ; mais se dire ouvertement gaulliste ! Au Front National ! Non, vraiment, on croit cauchemarder.

 

Quand on est gaulliste, on ne vient pas au FN ; on se suicide, on rentre à l’UMP pour avaler des couleuvres ou alors on s’exile en province en écrivant de lourds volumes de louanges au Général (Bugeaud !), tout en pratiquant la zoophilie. Mais voilà qu’Apollon-Philippot intervient, qu’Athéna-Marine s’apitoie sur la jeune pousse glabre et Oreste-Dussausaye, échalas à la virilité d’éphèbe, est nommé dirigeant. Triomphe le fils de Lèto, entérine la fille de Métis, exulte le fils de Clytemnestre, mais s’échappent décidément les Hespérides.

 

Le grand Eschyle en perdit son Protée.

 

Et le chœur de finir en proclamant :

 

« Du séjour des morts, par delà le Léthé, la fille de Priam clame éplorée :

Moins par la confusion semée en vos troupes que par la fidélité à Zeus tutélaire,

non seulement pour l’éclat de l’Olympe, mais encore par simple dignité,

ce n’est assurément que dans la clarté que vous pourrez vaincre ».

Orphée (?) Copie d'une statue grecque (v. 460 av. J.-C.).

Orphée (?) Copie d'une statue grecque (v. 460 av. J.-C.).