Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

...ou, comment niveler un peu plus.

Lafayette, au secours !




En février 2006, à Lyon, un homme déclarait à la tribune devant des partisans :

« L'aut’jour, j’m'amusais - on s'amuse comme on peut… - , à regarder l’programme du concours d'attaché d'administration. Un sadique - ou un imbécile, choisissez - , avait mis dans l’programme d'interroger les concurrents sur  La Princesse de Clèves. Je ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de d’mander à la guich’tière ce qu'elle pensait d’La Princesse de Clèves. Imaginez un peu le spectacle ! ».

L'auditoire jubile, c'est l'hilarité générale; on imagine des "rires gras" qui fusent.
 

Et voilà le même personnage usant aujourd’hui les tapis d’un palais de la rue du Faubourg Saint-Honoré… Misère !

 

Mais revenons sur les propos de notre bonhomme. Nous passerons sans insister sur le phrasé de l’individu. Ce propos, même dans le registre du parler, ne relève tout simplement pas du Français. C’est un charabia, un sabir, un galimatias, bref, une langue du vulgaire, de barbares (Oï barbaroï : ceux qui ne parlent pas la langue grecque).

 

Notez en passant le niveau de langage ; pourtant il émane d’un individu passé par le métier d’avocat. Une chose est sûre : nous sommes loin de ces prétoires où la langue française était traitée avec égard et magnificence…

 

Arrêtons-nous une seconde sur le sens du propos.

 

Disons le tout net, la petite blague sur la guichetière est proprement insultante pour les personnes ayant ce métier. Cette « bonne blague » relève en effet d’un préjugé : celui portant sur le niveau de culture des guichetières. En effet, le niveau culturel n’est pas fonction du métier exercé (surtout aujourd’hui ; il y a, par exemple, a contrario, quantité d’énarques ignares…). Enfin, soulignons que le propos préjuge également du niveau culturel de l’usager…

 

Par ailleurs, notre parleur devrait savoir - compte-tenu du poste qu’il occupe - qu’un attaché d’administration (fonctionnaire de catégorie A) ne se tient pas derrière un guichet mais occupe d’autres fonctions.

 

Il apparaîtrait, selon certains médias informés, que ce « parleur » aurait eu maille à partir dans sa jeunesse avec ce texte... Est-ce néanmoins une raison suffisante pour mépriser et néantiser notre langue, notre culture ?

 

Pour satisfaire aux caprices du Prince, un Commis va donc très bientôt retirer des concours de la fonction publique les épreuves de culture générale… Comme le niveau général de nos fonctionnaires était déjà en baisse, cette suppression ne va que l’abaisser davantage.

Derrière le guichet, les usagers auront certainement bientôt (1) de petites frappes, tenant un langage de « djeunes » et ayant la gestuelle qui va avec. Il va sans dire que la qualité de service s’en ressentira. Avec des barbares, on a la qualité de service de la Barbarie ; cela relève du simple bon sens..

 

Qui aura gagné ? Certainement pas la civilisation…


=========================================== 

(1) C’est malheureusement parfois déjà la cas aujourd’hui…