Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une délégation chinoise de la China Eastern Airlines arrive à Toulouse le 30 novembre 2010. Ils sont venus pour se rendre entre autre à Blagnac et visiter les ateliers d’Airbus dont leur compagnie possède près de deux cent appareils.

Ils descendent au Crowne Plaza, un hôtel de luxe à quatre étoiles, situé 7 Place du Capitole ; ils y louent neuf chambres dont une des trois suites présidentielles de l’hôtel pour le PDG, Shaoyong Liu.

Branquignol's Band - le retour 2

Pour vous, l'affiche exclusive du film !

Le mardi 30 novembre, vers 19 heures, assez las de la journée qu’il a eu, Shaoyong Liu entre dans sa chambre ; et voilà qu’il se trouve nez-à-nez avec trois individus dont un en train de fouiller sa valise (1). Le PDG demande des explications sur leur présence dans sa chambre et ni une ni deux, après des excuses bidons, les trois individus s’esquivent en catastrophe, abandonnant sur place leur matériel, dont un ordinateur PC, un système de récupération de données, des clés diverses et du matériel pour crocheter les serrures.

Epilogue

Les chinois ont simplement quitté l’hôtel où ils se trouvaient sans autre forme de procès, en demandant seulement à la Police Nationale qu’une enquête soit diligentée. Aucune autre plainte enregistrée !

Le 5 décembre dernier, la Police Judiciaire rendait son enquête : aucun élément, ni sur les trois cambrioleurs, ni sur leur commanditaire. Sans suite.

Quant à notre Branquignol’s Band, on n’en a plus entendu parler. Toutefois, ils ont été filmés ! Non par une équipe de Jacques Rouland ou Marcel Bélivaux, mais simplement par une caméra de surveillance de l’hôtel… Cet enregistrement a-t-il disparu ? S’est-il auto-détruit ? Sera-t-il bientôt sur Youtube ou Daily Motion ?

Post-scriptum :

Fut un temps où les missions du Service Opération (de la DGSE) étaient un tant soit peu mieux montées, avec un dispositif somme toute plus « sérieux ». Mais peut-être que les restrictions budgétaires sarkozyennes, les énarques en poste à la « Boïte » ou les Sciences-Potards recrutés en pagaille sont à l’origine de cette bévue ancillaire… Un homme (avec juste un certificat d'études, et encore...) posté en guetteur dans le hall de l’hôtel aurait suffit à éviter ce fiasco.

Misère.

 

Note :

(1) une valise à code, ouverte, certes sans avoir été détériorée (Bien !).