Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’ordure criminelle

 

L’assassin a tué de sang froid, de dos la plupart du temps, et en plus et surtout il a tué des enfants de moins de dix ans. Ce n’est qu’une ordure, une saloperie, une crevure, un criminel qui ne mérite pas le qualificatif d’homme ; c’est un barbare.

 

Deux catholiques parmi les victimes

 

Les victimes au nombre de sept, n’étaient pas que Musulmanes et juives. Parmi les trois Sapeur-parachutistes touchés, deux sont catholiques, dont le blessé d’origine antillaise et le tué Abel Chenouf ; ce dernier ayant eu ses obsèques en la cathédrale de Montauban d’ailleurs. Ont peut alors se demander pourquoi le président de la république, Nicolas Sarkozy, n’a reçu à l’Elysée que Messieurs Prasquier et Boubaker, représentants des communautés juives et musulmanes. Les catholiques sont apparemment non grata dans l’antre de la compassion présidentielle. Dont acte.

 

Question comme ça…

 

Si la tuerie de l’école juive à Toulouse n’avait pas eu lieu, si le tueur était resté cantonné à choisir ses victimes parmi les parachutistes, est-ce que le dispositif policier véritablement extra-ordinaire mis en place (plusieurs centaines de policiers mobilisés exclusivement sur l’affaire), aurait vu le jour dans les mêmes proportions et avec autant de retentissements ? 

 

C’est uniquement le radicalisme islamique qui est à l’origine de toutes ces tueries

 

Quand le président de la république dit que les soldats de Montauban ont été la victime du « terrorisme », c’est se fiche du monde. Le terrorisme n’est qu’un mode opératoire et ce n'est pas un mode opératoire qui tue. C’est donc occulter volontairement les motifs et l’idéologie du tueur que de parler de lui en disant que c’est un « terroriste ». Ce serait un peu comme dire : les victimes de Montauban et de Toulouse ont été tuées par "un motocycliste armé". De même qu'on ne fait pas "la guerre au terrorisme"; c'est absurde. On ne fait pas de guerre contre un mode opératoire. Pendant la seconde guerre mondiale, les alliés ne faisait pas la guerre aux bombardements allemands mais bien une guerre contre l'Allemagne hitlérienne. On fait la guerre contre une idéologie, une puissance nocive bien définie. Alors, halte au mensonge par omission !

 

« Nazi » : la carte Joker !

 

Avant même que l’on sache l’identité de l’assassin, de nombreux journalistes et de personnalités politiques dessinaient déjà les contours idéologiques de celui-là : une personne « d’extrême droite » et « antisémite ». Et puis, patatras ! C’est un islamiste radical. Déconvenue et même déception chez les journaleux et politicards. D’aucuns allant jusqu’à dire, tel le journaliste du Nouvel Observateur, Nicolas Chapuis, dans un de ses Tweets : « Putain, je suis dégouté que ça soit pas un nazi ». Ah, ils le voulaient tellement leur « Breivic » français. Mais voilà, la réalité est sévère avec eux…

 

Un Français de souche, c’eut été tellement commode…

 

Dans le même genre, il fallait voir les certitudes avant le ciblage de Mohamed Merah. Le tueur islamiste ne pouvait être qu’un « nazi », qu’un « blanc », « nourri à l’idéologie du racisme et de l’antisémitisme » (suivez mon regard…) ; voici quelques uns de ces fins analystes : le Béar-niais du Modem, Dominique Soppo de SOS Racis-te, Tristan Dessert, journaliste pour TF1, Stéphane Bourgoin, criminologue, la rédaction de Médiapart, Bernard Thibault de la CGT, le syndicat FO, Charles Bremmer du Times, Abdallah Zekri, un des responsables de la Grande mosquée de Paris, chargé de mission au Conseil français du culte musulman et militant UMP du Gard, etc. Dans un certain nombre de médias, les « témoignages » allaient bon train d’ailleurs, « décrivant » l’assassin avec force détails (notamment les télévisions TF1, FR2 et M6) ; c’est un homme « de type caucasien », ayant « la peau blanche », et avec des « yeux clairs » ou encore « bleus » (très important ça, les yeux « bleus »…). Est-ce que Mohamed Merah se reconnaîtrait dans ce portrait ?   

 

Fumer la moquette nuit gravement à la santé

 

Quand le président de la république dit que le tueur « a voulu mettre la République à genoux » et qu’il n’y est pas parvenu pour telles et telles raisons, il s’envole dans un délire lyrique bien avancé. En quoi tuer froidement six personnes, en trois occasions distinctes, est-ce mettre « la République à genoux » ? Il faudrait un peu arrêter l’emphase et rester sobre et froid. Mohamed Merah est du menu fretin et il n’est pas du calibre de Khaled Kelkal, l’islamiste meurtrier de 1995. 

 

Les précieuses ridicules

 

Ce tragique événement devrait servir de leçon (une de plus) et faire taire définitivement les commentateurs patentés, les activistes stipendiés et autres valets du système. Mais non ! Malgré les faits, malgré la réalité, ils cherchent à présent par des circonlocutions, circonvolutions aussi, par des détours fielleux et sournois, à retomber sur leurs pattes de "démocrates" et à justifier leurs propos antérieurs, et poursuivre dans leur seul majeur et unique combat : éviter que la vague Nationale ne les submerge, ne les noie, ne les néantise. Notez les mots qu’utilisent tous ces "gens", les néologismes employés pour parvenir à leur fin. Regardez seulement deux termes : « Nazislamiste » et « Islamofâchisme ». Il faut toujours que référence soit faite à l’idéologie ultime, celle des HLPS (les Heures Les Plus Sombres de notre histoire). La technique utilisée est simple (mais commence à lasser) : un processus algébrique de réduction, lequel facilite les calculs... Mais l'islamisme radical existe en lui-même, par lui-même ; son corpus de référence existe depuis plusieurs siècles et il n'a pas attendu le "fâchisme" et le "nazisme" pour trouver son abjection et son caractère inhumain, barbare. 


Le final

 

Ordre a été donné au RAID, de ne pas donner l’assaut, ceci pour prendre le tueur vivant et le juger. Mais si l’on se penche sur l’idéologie du récalcitrant, il est vraisemblable qu’il ne va pas se rendre et qu’il va se donner la mort… Qu’il aille donc vite rejoindre ses 72 vierges promises, en enfer ! 

 

(Ecrit à 11h30, ce 22 mars 2012)


 

Post-Scriptum : Il s'avère qu'au moment même où j'écrivais les dernières lignes de mon papier ci-dessus, la chose se dénouait à Toulouse et que ledit criminel islamiste fanatique était "neutralisé".

Au sujet de l'assaut et de la technique du RAID employée pour mettre fin à la situation, on pourra lire le - toujours très bon et judicieux - papier de Jean-Dominique Merchet, sur son blog, à cette adresse :

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Toulouse-interrogations-sur-l-intervention-du-RAID-actualise_a552.html

Le professionnalisme du RAID (unité chérie du Président sortant) est en question....