Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le miroir aux alouettes trompe, leurre, masque ; mais il s’évente aussi, il s’évanouit, se dissipe. Alors, apparaît la réalité sans masque ni poudre, sans fard ni mascara médiatique. Et la vérité n’est pas toujours belle à voir…

Après le sommet de Paris du 1er septembre 2011, alors que les trompettes élyséennes sont déjà astiquées en vue de la victoire finale - entendez l’arrestation ou la mort de Kadhafi - il est opportun d’opérer quelques petites comparaisons entre d’une part, la praxis américaine lors du deuxième volet de la guerre en Irak, et d’autre part, la praxis française dans cette guerre de 2011 en Libye.

Kadhafi-Sarkozy alouette

Ah comme les temps changent ! Voici le temps du miroir aux alouettes...

1 - La France a pris le « leadership » de la coalition Otanienne, comme les Etats-Unis l’avaient fait en son temps lors de la guerre en Irak puis en Afghanistan. La seule différence est que, pour ce qui est de la Libye, les Etats-Unis restent pourtant très présents, mais en « stay behind » ; histoire de récolter sans trop se compromettre.

2 - On bafoue le droit international, on lui tord le cou, afin de parvenir à ses fins. On se souvient non seulement des fausses allégations américaines pour justifier son attaque contre le régime de Saddam Hussein, mais encore subséquemment, le contournement des résolutions internationales (sans qu’aucune sanction ne soit jamais prise à l’encontre des « violeurs »). De même, le 15 avril dernier, Obama, Camerone et Sarkozy, ont tracé une nouvelle « feuille de route » : il fallait à présent penser et mettre en œuvre en Libye « un avenir sans Kadhafi », en clair : chasser Kadhafi du pouvoir, tant le CNT piétine. Mais ce « chemin vers la paix » (1) s’opère en dépit de la résolution 1973 de l’ONU, laquelle ne stipule rien cet objectif. Bien que parfaitement et totalement illégitime, cette réorientation stratégique et politique n’a suscité quasiment aucune réaction des « grandes consciences » de ce monde.

Napoleon - Paix & Guerre

Au fait, quoi de neuf depuis La ferme des animaux et 1984 ?

3 - Dans la méthode, l’on trouve des similitudes également. Par exemple, on bombarde… pour reconstruire. En tout cas, on bombarde sciemment - en dehors des objectifs strictement  « militaires » - des sites industriels afin de proposer, une fois la « paix » venue, des contrats de reconstruction. On en arrive à se demander si les grands groupes français ne donnent pas en fait la liste des endroits à bombarder à l’Etat-major français… A qui donc obéit en définitive l’Armée Française ? Au pouvoir politique en place ou bien aux entreprises du CAC 40 ? Nous sommes vraiment dans la société du spectacle ; la guerre elle-même est aujourd’hui devenue spectaculaire, participant directement au cycle de la consommation. Les armées nationales sont devenues des acteurs de ce rouage infernal. Le politique n’est plus, l’économique règne en maître absolu.

Les aventures de Sarck Ozzy - Le fennec de Libye

Les aventures du célèbre Buck Danny Sarck Ozzy

4 - Dans les résultats, l’on peut trouver aussi des éléments similaires. Sur le fait, par exemple,  que la guerre ait supprimée la structure étatique du pays attaqué, ne laissant que des communautés (idéologiques, géographiques, ethniques, tribales, claniques, familiales) en guerre les unes contre les autres, et un état de guerre civile. Grace à l’intervention Otanienne en Libye, nous aurons ainsi un « Irak » à trois heures d’avions du territoire national français, avec ses conséquences incalculables, comme le terrorisme salafiste qui pourrait déferler sur notre sol, ou encore des attaques contre des intérêts français en Afrique du Nord ou sahélienne.

Mais arrêtons là la comparaison. La culture du résultat, leitmotiv présidentiel, pourrait amener à juger autrement cet engagement militaire contre un pays tiers (2). Il y a le retour sur investissement ; la « France » a participé au renversement du pouvoir de Kadhafi, elle a soutenu le CNT, il y aura donc pour elle un bénéfice commercial en retour, par l’octroi de contrats pétroliers préférentiels. A ce sujet, que dire de la solidité des engagements du CNT (3)  vis-à-vis de la France quant à ce pétrole libyen ? Qu’est-ce que signifie exactement « 35% du total du pétrole brut aux Français en échange du soutien total et permanent à notre Conseil » ? Total et permanent ? Ceci alors que nous ne connaissons aucune des orientations politiques dudit CNT ! Ceci alors que nous savons que les salafistes sont plus qu’influents au sein de ce CNT ! Ainsi, traite-t-on avec les radicaux islamistes en Libye, va-t-on leur accorder un « soutien total et permanent », mais l’on combat dans le même temps ces mêmes radicaux en Afghanistan et en Irak. Les familles et proches des soldats français tués ou blessés dans ces deux pays apprécieront.

Democratie en bouteille

Ah, ce bon vieil Haddock... Un bon sens inné !

En un sens, la dictature est plus franche que la démocratie en ceci qu’elle ne se pare pas de faux-semblants, d’alibis bidon. Dans nos pays occidentaux « avancés », ce n’est pas simplement un pouvoir qu’il faut chasser, mais c’est surtout le règne du faux qu’il s’agit d’abattre, et ce à tous les niveaux. La renaissance est à ce prix. Alors que la nuit vient, que le chaos gronde tout proche, gardons en mémoire tout ces faits.

 

 

Notes :

(1) Cf. http://presse-blog.blogspot.com/2011/04/libye-tribune-obama-cameron-sarkozy.html   Notons au passage le trait merveilleusement orwellien du communiqué officiel : la paix, c’est la guerre. C’est du 1984 pur jus !

(2) lequel n’a aucunement, dans les derniers six mois du moins, porté atteinte aux intérêts français. N’oublions pas le tapis rouge déroulé et les tentes plantées sur les pelouses élyséennes en 2007.

(3) point certes contesté car, après la fuite dans les médias de l’information en question, il y a eu très rapidement un démenti officiel du CNT. Cela faisait tache, c’est vrai… La France sera donc en fait « officiellement récompensée, en fonction du soutien apporté au CNT », comme les autres participants au conflit. Subtil distinguo.

 

Iconographie :

http://www.gularu.fr/blog/wp-content/uploads/2011/02/nicolas-sarkozy-et-kadhafi.jpg

http://m2.typepad.com/photos/uncategorized/2008/08/28/animal_farm.jpg

http://q.liberation.fr/photo/48658/?modified_at=1245142415

http://www.bellier.org/tintin%20picaros/vue30.htm