Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La LOI n° 2010-874 du 27 juillet 2010 de modernisation de l’agriculture et de la pêche.

 

Cette loi fixe, entre autre, comme objectif, de diminuer de 50% la « consommation » des terres agricoles à l’échéance 2020. Un comble : elle s’inscrit dans le « Grenelle de l’environnement ».

 

Notez déjà les termes employés : « consommation » de terres agricoles... Ces terres sont ainsi réduites, assujetties à n’être que des biens de « consommation », jetables, interchangeables, malléables, corvéables à merci. Voilà un regard bien peu « écologique » mais plutôt marchand et comptable sur ce que représentent nos terres agricoles.

 

Il semble bien difficile de voir dans cette loi une « avancée » en terme écologique, car mettre fin à la « consommation » des terres agricoles, c’est mécaniquement rediriger ces dites terres vers d’autres acteurs, vers d’autres activités. Ainsi l’aspect bucolique, esthétique de nos campagnes devra – de par la loi – disparaître de moitié ; par cette opération, dans le même temps, disparaitra la beauté de nos paysages agricoles français !

IMG-2 0019 

La loi votée par de pseudo-représentants - et non la nécessité - impose la construction de lieux de production industrielle ou de logements. Par ailleurs, a voir les réalisations déjà opérées, ici et là, l’on ne peut qu’être effaré de l’horreur produite, du gâchis effectué. Les coupables sont en liberté ! Qui plus est, ils se sont enrichis dans l'opération.

 

Mais personne ne dénonce ces faits de déprédations de notre patrimoine paysager, de nos campagnes si typiques, si constitutives d’un caractère, d’une âme ! Sans oublier la corruption endémique et généralisée...

 

Les gros profiteurs de l’opération (architectes, constructeurs, négociants, intermédiaires, promoteurs, élus locaux, etc.), tous nient ou taisent, bien sûr, ces aspects criminels cités plus haut. Ces mêmes profiteurs, cette caste de possédant, détenant également le pouvoir médiatique, rien n’est fait pour alerter les Français.

 

De surcroit, l’Etat est complice de ce crime car il l’organise, sous l’égide des lois de l’Europe de Bruxelles. Jusqu’à quand va-t-on se laisser faire ?

 

Un crime esthétique, une gabegie totale, la corruption à tous les étages, une atteinte au patrimoine, une défiguration durable ; c’est le résultat de cette Loi, ce à quoi elle mène. Il faut y mettre fin !

 

Français réveillez-vous ! Demain il sera trop tard.

 

Bientôt, vous vous réveillerez habitant une maison planté sur un parking, avec pour tout jardin autorisé, des bacs en ciment garnis de fleurs. Votre habitat sera artificiel car pensé par des technocrates sans goût, ni amour pour nos campagnes.

 

Vous ne vous promènerez plus dans la campagne mais traverserez des « espaces aménagés pour déambulation récréative ». Vous serez vous-même devenus des pions dans cette reconstruction du réel, des êtres voués à la « consommation », jetables, interchangeables, malléables, corvéables à merci. Refusez cet avenir de robot !

Terre de France 

L’on vous dépossède de vos biens ! Les paysages traditionnels de nos campagnes sont notre patrimoine à tous ! Pensez à vos enfants. Voulez vous qu’ils deviennent des zombies de « banlieues rurales » ? Que comptez-vous leur léguer au bout du compte ? Battez-vous !

 

Il faut mettre un terme à cette loi de modernisation, il faut mettre fin aux dictats bruxellois ! Il faut en finir avec ce mondialisme qui tue les peuples, qui nie les cultures et les traditions, qui massacre nos campagnes.

 

Le mondialisme a décidé que l'Europe ne serait plus terre de productions agricoles et que cette tâche était dévolue au Brésil. D'où éradication des petites exploitations, et des subventions pour tenir les "gros" agriculteurs et les mieux contrôler ; d'où arrachage de ceps de vigne et agriculture dirigée en fonction des seuls cours du marché international ; d'où mélange des races bovines pour néantiser les particularismes et tuer les terroirs ; etc.

 

Bientôt, il ne sera peut-être pas interdit d'avoir un potager (une tendance qui ne fera que s'accroitre) mais ce qui est sûr c'est que cela sera taxé durement. L'Etat marchand, au service du Capital, fera tout pour assujettir les Français davantage, leur fournir uniquement de la nourriture "standardisée", ceci tout en détruisant durablement voire irrémédiablement nos paysages de campagne.

 

Aux prochaines élections locales et nationales, pensez-y ! Demandez des comptes aux candidats, aux élus !

 

Post-scriptum : Qu'un spécialiste vienne apporter ici la contradiction !

 

SPS : Remarquez, il y a peut-être gourrance de ma part. "Diminuer la consommation des terres agricoles", cela voudrait-il dire "ne pas rogner sur les terres arables" ?

Si tel était le cas, la question de la défiguration de nos campagnes demeure !


SSPS : Si cette loi n'est pas claire dans son exposition, c'est que cela est tout simplement voulu. La langue française est claire, simple et si le législateur veut se faire comprendre, il en a les moyens.

On peut à ce sujet rappeler le cas du traité européen de Mastrich et des autres qui ont suivi. Ces textes sont illisibles et incompréhensibles volontairement. Par contre ceux qui les ont écrit savent très bien où ils veulent aller...

"Tu trembles, Carcasse, mais tu tremblerais encore davantage si tu savais où je vais te mener..." (Turenne)