Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le dernier livre de Stéphane Hessel « Indignez-vous ! » est indéniablement un succès de vente. On ne peut rester indifférent.

Le drame du Hessel

Vingt pages pour tenter de réveiller l’esprit du CNR (Conseil National de la Résistance) dans la France d’aujourd’hui, vingt pages pour fustiger les douleurs de ce monde qui a dévié de l’idéal issu de la guerre contre le « nazisme et le fascisme », vingt pages pour pointer un doigt vengeur sur les maux qui nous accablent, vingt pages pour être sauvé par la Résistance et son « esprit », vingt pages de vulgate éculée, mille fois entendue et lue depuis 60 ans, vingt pages finalement pour donner la nausée (2) au lecteur et débiter presque à chaque ligne, tout à tour : billevesées, tartufferies, mièvreries, manipulations, mensonges, aveuglement (sartriens ?), fausses indignations, inepties, anachronismes, amnésies, poncifs de la Zeitgeist, etc.

L'indignation avec Hessel, c'est en quelque sorte "Retour vers le futur du CNR", et tout simplement devenir au bout du compte dans notre société présente, le "mutin de panurge", un élément du système. Oui, Hessel, c'est en quelque sorte (désolé amis cyrards)... le Père Système !

Avec cette brochure, on remarquera que c’est s’indigner à peu de frais : "3 zeuro" en librairie, voire moins sur Amazon… (3).

On comprend donc l’engouement de beaucoup, mais on peut peut-être comprendre aussi le dégoût de certains autres.

 

Stephane Hessel Ecolo recadre

  Le stade du Hessel : "La vieillesse est un naufrage"

(dixit l'innommable, cité par Eric Zemmour dans sa rubrique sur RTL à propos de "Papy Hessel")

 

L’Hessel et la haine

Disons-le tout de suite, « Indignez-vous ! » c’est le Manifeste de l’Empire du Bien (4), le pamphlet de la bonne conscience, l’étalon-or de l’intelligence indigente de notre temps (5), un concentré de moraline (6), du sous-Zola sans essor (7), un jus 100% glauque pure - du Gaullo-Coco (8) énième pression à froid - de la « pensée » « politique » contemporaine ; bref, pour faire court, un vomitif de synthèse (bientôt remboursé par la sécurité sociale ; Madame Bachelot s’y attèle).

Compte-tenu de ces éléments, est-il étonnant dès lors que nos médias s’emparent de la chose et en parlent à foison ?

Mais rassurez-vous, il se pourrait bientôt que - grâce à l’hôte actuel de l’Elysée - ce texte de Stéphane Hessel soit lu dans les Collèges et Lycées, telle la lettre du communiste Guy Moquet. Nous sommes sauvés !

Rassurez-vous, dès le décès dudit écrivain-résistant, indigneur-engagé, normalien-moralisateur (le plus tard possible espérons-le ; pour lui), grâce cette fois à l’hôte actuel de l’Hôtel de Ville de Paris, il se pourrait qu’une rue ou une station de Métro prenne le nom de « Stéphane Hessel » (9). Alléluia !

 

Plaque rue de Paris - Stephane Hessel

 

Régime sans Hes-sel

Pour finir, osons dire que l’intérêt de cette brochure est - comme toujours - inversement proportionnelle à l’écho médiatique qu’elle suscite. Ressortir et louer Sartre et le CNR aujourd’hui, c’est vraiment par trop insupportable ! Il faut en finir avec ces malfaisants, ces « statues de neige » dont on nous rebat les oreilles, qui nous ont depuis trop longtemps pourri la vie, gangréné la société, étouffé la vraie liberté, sapé et dupé tant de générations de Français.

Vive les « figures de bronze » !

 

Laissons maintenant, pour finir, la parole à Hannah Arendt ; dans son « Eichmann à Jérusalem » (1963) elle disait : « L’indignation est toujours chose risquée. Celui qui s’indigne n’est pas en danger de mort, mais il est handicapé dans sa carrière. »

 

Addendum : Il est aisément visible que je n’ai voulu dans ces quelques lignes aller jusqu’à faire une critique systématique et détaillée des pages indignées de Monsieur Hessel. Tel n’était pas mon propos, mon but. Quand on balaie, on ne détaille pas ce que l’on met dans la pelle et que l’on va jeter. Quant à ceux qui voudraient vérifier mon propos, ils peuvent aller voir le texte dudit Sieur Hessel, bien sûr (s'ils ont du temps à perdre...).

 

Notes :

 

(1) A l’instar du Docteur M. (Cf. Fritz Lang), notre bon Docteur Hessel, en plus d’être normalien in partibus, est assurément Docteur Honoris causa de nombreuses universités.

(2) Hessel fut à bonne école puisqu’il était un admirateur de Sartre, « très marqué par Sartre, un aîné condisciple. (…) La Nausée, Le Mur, pas l’Etre et le néant, ont été très importants dans la formation de ma pensée », dit-il.

(3) Je rassure les lecteurs : j’ai trouvé le texte gratuitement sur internet au format pdf.

(4) Cf. Philippe Muray, son ouvrage éponyme et ses autres essais.

(5) On comprend pourquoi Nicolas Sarkozy est Président de la République.

(6) Cf. Friedrich Nietzsche, Ecce Homo.

(7) Cf. Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre. Si Hessel tente d’égaler le « J’accuse» d’Emile Zola, il faut qu’il sache tout de même qu’on ne réveille pas un mort avec de l’indignation… ni avec quoi que ce soit d’autre d’ailleurs.

(8) Cf. la collusion bien connue de De Gaulle et des communistes, dès la sortie de la guerre.

(9) Peut-être après la station La Fourche, sur la ligne 13.

 


Crédit photo :

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/99/Europe_Ecologie_closing_rally_regional_elections_2010-03-10_n06.jpg