Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentant un jour un auteur, Sacha Guitry disait : « Attention, retenez bien ce nom ! Vous n’en entendrez plus jamais parler ». Mais les temps ont bien changé et ceux qui, par le passé, auraient vite disparu ou ne seraient tout simplement pas apparu, occupent aujourd’hui le devant de la scène médiatique, proposées comme de nouvelles idoles, propulsés modèles de notre temps.

Sacha Guitry Un comédien de génie 

Les (fausses) idoles du temps présent sont légions, toujours plus nombreuses, l’une chassant l’autre, tant leur durée de vie est aléatoire, fruit de la seule spéculation de l’entreprise spectaculaire. Ce sont des idoles (pré)fabriquées et de plus en plus nombreuses, dont le but est de brouiller les pistes du beau et du vrai, de mobiliser les attentions vers le dérisoire, pour mieux entretenir le système « spectaculaire » de production très lucratif (pour certains) de « modèles », d’ « idoles » ; cela est vrai aussi bien en politique que dans d’autres domaines comme le monde des lettres, de la musique et du cinéma. 

Il y a différentes sortes d’idoles ; il y a les conscientes qui se servent de cette élévation, de cette mise en lumière médiatique, pour leur propre compte, dans la rétribution des dividendes face à un public leurré, abusé, la plupart du temps naïf, voire abruti. Les idoles conscientes ne sont pas des victimes du système, ce sont des complices, ravies de ce qui leur arrive. Ce sont parmi les idoles, les plus méprisables, les plus viles, les plus détestables. Elles jouent le jeu « spectaculaire » et en deviennent partie prenante, consciente et volontaire. Toutefois, il y a aussi des idoles in-conscientes, cas plus pitoyables, car ces dernières croient en la réalité de ce qui leur arrive ; en fait, elles se sont au bout du compte autosuggestionnées, et pensent véritablement être ce qu’elles ne sont pas ou ce que le système a fait d’eux, dans la construction de leur image, dans l’envoi au public de supposées qualités que recèlerait ces idoles en question.

Deutsch - 1 Deutsch, le savoir près de chez vous... 

Illustrons ce dernier cas si vous le voulez bien. Un acteur au hasard : Lorant Deutsch. Un certain nombre de films à son actif, voilà maintenant que ce jeune est également « auteur ». Monsieur écrit. Dans la construction de son image, le fait de devenir auteur tendrait à crédibiliser son personnage. Les mauvaises langues disent qu’il rêve d’intégrer Le Français (normal pour tout comédien, vous me direz). D’où l’idée de se donner pour un intellectuel, du moins dans la forme la plus courante, la plus éculée, la plus caricaturale même. Nous avions Jacqueline de Romilly, nous avons maintenant Lorant Deutsch ; une autre époque vraiment !

jacqueline-de-romillyMadame Jacqueline de Romilly (1913-2010)

Lorant-deutsch - metronome

Lorant Deutsch (1975- ...), acteur, intellectuel, écrivain 

S’illusionnant lui-même, ce Lorant Deutsch pense ainsi être devenu historien et parler d’un certain nombre de sujets qu’il ne connaît pas ou vraiment très peu (Molière, Littérature, histoire de France, etc.). (Mal) heureusement pour lui, la machine spectaculaire est là, non seulement pour le lui faire accroire, l’entretenir dans cette illusion, mais également pour duper toujours plus avant le public crédule. 

Deutsch est un bon produit pour le système ; il ne se rebellera pas. Ou alors si cela arrivait, suite à une prise de conscience subite (la Lumière ! Aaaa-lléluia !), ce serait vraiment terrible pour lui. L’anéantissement, l’effondrement, la fin des illusions. Plus dure serait la chute. Un cas de suicide. Qui plus est on le sent fragile cet histrion ; teigneux peut-être, mais fragile. On craint presque pour lui.

Lorant Deutsch et Marie-Julie Baup

Deutsch pantocrator et sa dulcinée 

Poursuivant dans l’habillage, la peinture-verni de sa propre icône, Lorant Deutsch - n’ayant rien à proposer de propre, d’authentique, de concret le concernant, tant sa personnalité est inexistante - ce dernier en est venu à copier dans son apparence un véritable acteur, un véritable talent du cinéma, une pointure réelle qui n’a pas encore donnée d’ailleurs tout ce qu’elle est en mesure de faire : Johnny Depp. Dans ce travestissement, dans cette tentative caméléon, on peut dire qu’il y a du Zelig en Lorant Deutsch, et que cela s’arrête donc juste à la seule apparence ; et encore, dans l’ordre de la tentative seulement.

 

Il suffit de regarder sur internet pour voir ces images qui, ici et là, témoignent de cette piteuse démarche isomorphique. 

Depp - 1

Un des meilleurs acteurs de sa génération : Johnny Depp. 

 

Crédit photos : 

Sacha Guitry : http://www.bifi.fr/upload/bibliotheque/Image/espace%20patrimonial/ARTICLES/2007/REVUE_PRESSE_GUITRY/PH_Sacha_guitry.jpg

Deutsch Metronome : http://media.paperblog.fr/i/355/3552850/metronome-lorant-deutsch-L-1.jpeg

Deutsh intello : http://www.dontmiss.fr/img200906/laurentdeutsch.jpg

Deutsh tour eiffel : http://visitmonaco.com/var/fr/storage/images/l%27actu/news/novembre-mois-des-plaisirs-%C3%A0-la-fnac-monaco/img_photo-laurent-deutsch.jpg5/3407045-1-fre-FR/Img_PHOTO-LAURENT-DEUTSCH.jpg.jpg

Lorant Deutsch et Marie-Julie Baup : http://www.purepeople.com/media/lorant-deutsch-et-marie-julie-baup_m368934

Lorant deutsh a lunette fond blanc : http://www.linternaute.com/paris/histoire/chat/chat-lorant-deutsch/chat-lorant-deutsch.shtml

Lorant Deutsh a la foire du livre : http://www.purepeople.com/media/lorant-deutsch-a-la-foire-du-livre-de_m313037

Deep & Paradis en 2006 : http://www.purepeople.com/media/johnny-deep-et-vanessa-paradis-en-2006_m202309

Deep et Paradis : http://3.bp.blogspot.com/__oz6uAj_XFQ/TIdapzjqEbI/AAAAAAAAAKA/TVhZSpsaQHQ/s1600/CINEMA2.jpg

Johnny Deep chapeau 1 : http://www.jokerplanete.com/fonds_ecran/hommes-celebres/hommes-celebres1/johnny-deep.jpg

Johnny Deep chapeau 2 : http://starophileimages.free.fr/wallpapers/johnny_depp_002.jpg

Johnny Depp lunettes et chapeau : http://www.weesk.com/wallpaper/celebrites-hommes/johnny-depp/johnny-depp-65-johnny-depp-celebrites-hommes.jpg

Johnny Depp lunettes : http://www.peoplequiz.com/images/bios/johnny-depp.jpg-3652.jpg

Jacqueline de Romilly : http://media.mortoupasmort.com/personnalites/j/a/jacqueline-de-romilly.jpg

 

POST-SCRIPTUM (suite à un email personnel de Lorant Deutsch):

Un personnage public doit s’attendre à être critiqué ; c’est ainsi.

Il y a des critiques recevables, d’autres qui ne le sont pas ; il y a celles qui sont justes, d’autres qui ne le sont pas. Il y a des auteurs de critiques à qui l’on répond, et d’autres qui ne méritent pas d’écho. 

Quand j’écris, je frise assez souvent le pamphlet, ce style étant tellement jubilatoire ; et là, il ne faut pas se tromper. En effet, l’objet même du pamphlet est la plupart du temps secondaire et laisse souvent place à sa dynamique propre ; en bref, l’objet n’est plus que prétexte, n’existant même plus dans sa réalité pour s'effacer devant l’écriture car elle, seule, importe. C’est un exercice.

Ainsi, si j’ai pu blesser Lorant Deutsch, qu’il m’en excuse. Malgré mon article peu sympathique, plutôt méchant et même blessant, à son égard - je le reconnais volontiers - j’aurais voulu qu’il sache que j’en suis désolé.

J'ajouterai que je ne désespère pas, par exemple, de ce qu'il sortira de son travail sur la Vendée, histoire à laquelle je tiens beaucoup personnellement.

Je pense malheureusement qu’il rencontrera bien vite des difficultés et des obstacles dans son entreprise, tant la société médiatique et politique dans laquelle nous vivons ne veut pas entendre parler de ces crimes abominables commis par la Révolution, cette dernière étant « pure et innocente », bien sûr…

Je pense que Lorant Deutsch va découvrir la réalité de la « liberté » actuelle de notre pays en voulant porter à l’écran cette histoire oubliée. C’est courageux et c’est tout à son honneur. Je lui conseille d’ailleurs de lire, en dehors de Péan (puisque Lorant l’a déjà lu) les livres de Rénald Shecher, Xavier Martin, Jean de Viguerie et Anne Bernet (de très bons ouvrages), s'il ne les a encore lu ; je pense que Péan, par honnêteté intellectuelle, à du d’ailleurs les faire figurer dans sa bibliographie ; du moins, je l’espère.


Donc : Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa.

(C’est la moindre des choses en ces temps de carême).