Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

a France a scrutiné, les Français ont urné. Le résultat est là, 19 808 977 de cons (soit 55,71 %) ont voté pour SarkHollande, sans compter les autres, ceux qui ont voté pour le Méluche (baudruche révolutionnaire à deux balles et Frère trois points), Bayrou (ze woude bi Président beute certainly the Buridan donkey and more accurately our  National Donkey), et Joly (le Drakkar (1) épouvantable-épouvantail), etc.

Les vieilles

Une bonne et une mauvaise nouvelle

 

Le second tour ne fait pas de doute, ce sera 53 contre 47 pour cent. La bonne nouvelle c’est que l’imposteur, le « gugusse de Neuilly » sera renvoyé « aux terminus des prétentieux » (2). La mauvaise, c’est que le Flamby goitreux franchira le perron élyséen, pour « pisser sur les coussins du salon » (3). Franchement, y a-t-il là matière à pavoiser ? Je vous l’demande !

 

« La Grèce enfin s’annonce… » (4)

 

Et que l’on se souvienne bien : les Grecs ont eu un gouvernement socialiste pour arriver à leur situation actuelle que nous savons : la quasi faillite pour l'Etat et la paille sèche pour les Grecs. Les Grecs ont décidément connu tout avant tout le monde  - ah, cette Grèce que nous aimons, cette "Grèce où nous sommes nés", disait un Thierry Maulnier. Ce sont décidément des pionniers, ce sont nos aînés, ces Hellènes. Nous savons donc où va notre bateau France en l'occurrence : vers l’écueil, tel le Costa Concordia. Et ce n'est pas la casquette rose du nouveau Capitaine qui changera quoi que ce soit à l'affaire. L'écueil est sans étiquette, pour sa part. Il est, tout simplement.

L'inspiration de St Matthieu - Le Caravage

L'inspiration de Saint Matthieu. Le Caravage (1602)

 

" Je vous le dis, il y aura peu d'élus..." (Matthieu 20-16)

 

Mais revenons sur les résultats. Même sur les 18,01% (6 401 945 personnes) qui ont sauvé un tant soit peu l’honneur, il y en a 60% qui iront voter au deuxième tour pour l’useur de tapis élyséen sortant. Quelle misère ! En fait, il n’y a que 40% des 18,01% en question (soit juste 2 560 778 Français, si je ne me trompe) qui sont encore un peu cortiqués et qui ont encore un semblant de colonne vertébrale… C’est peu, bien trop peu. Me demandera-t-on encore pourquoi je ne suis pas démocrate ? La réponse est assez claire, je le pense.

 

Jusqu’au coude !

 

D’aucuns, plus cultivés, auront beau jeu de me dire que « tout désespoir en politique est une sottise absolue » (5). Mais je ne suis pas désespéré, je suis simplement lucide.

Et qu’on ne dise pas que les législatives vont apporter des députés frontistes et que la partie n’est pas perdue, que la dynamique est lancée, etc. Certes, ils en auront des députés au Front National, mais le doigt est assurément engagé dans le compromis (pas encore jusqu’au coude, mais ça viendra) ; la chose est donc entendue : le Front National n'est plus ! La France, aussi !

La victoire en chantant

"La victoire"; anonyme, circa 1890.

Le XIXème était vraiment un siècle à haut coefficient de délire...

 

La victoire en chantant…

 

A la salle Equinoxe, au soir du 22 avril 2012, les militants du Front dansaient et fêtaient « la victoire », se trémoussant sur des rythmes des années 80. Mais savent-ils au moins - en dehors des chefs qui, eux, le savent parfaitement - que c’en est fini du Front National ? J’en doute. Le nouveau Front National (jusqu’à ce qu’il change de nom) est entré dans une période de « normalisation démocratique et citoyenne » ; c'est l'heure du compromis. Les tractations commencent, Morano et Dati, sur ordre de leur mentor-Président en sursis, font les yeux doux au FN (une vision d'horreur ! Il fallait voir et entendre les deux fraîches nymphettes sarkozyennes dimanche 22 avril, sur les plateau de télévision... J'en avais personnellement des nausées.) ; c’est donc bien la fin de l’in-nocence (pour reprendre le mot d'un esprit fin, Renaud Camus). Aussi Marine Le Pen marche-t-elle vraisemblablement bien sur les pas de Gianfranco Fini (Cf. http://giovanni.drogo.over-blog.com/article-les-nouvelles-cartes-politiques-59751055.html ).

Avec 18,01% pour elle et ses suivants, c’est la rente assurée pour une dizaine d’années au minimum, sachant que les législatives conforteront ce score de voix engrangées ; et si leur carrière professionnelle est sauvée, la France, elle, ne l’est pas. Elle ne sera plus du tout d’ailleurs, et dans peu de temps ; des ventres féconds seront passés par là… Dans ses Réflexions sur la violence, Georges Sorel parlait - si je me souviens bien - de Papierlischweizer. Et déjà sont légions aujourd’hui ces citoyens Français de demain…

 

 

Demeure l’écran…

 

Oui, la France est finie, du moins celle que nous connaissions. Dans moins de trente ans, un film comme « Les vieux de la vieille » (6) paraitra totalement incompréhensible, incongru, et sera regardé à l’instar d’un film « étranger » ; tout comme le seront d’ailleurs « Les tontons flingueurs » (7) ou encore « Les barbouzes » (8) ; s’ils sont encore autorisés voire toujours connus… Dans moins de trente ans, nous aurons eu « La métamorphose des cloportes » (9) et bientôt « Des pissenlits par la racine » (10). Pour rester dans le domaine du cinéma, je commenterai cet état de fait, en disant que 2012, c’est « La chute » (11), ou encore « Quand passent les faisans » (12)…


Les Vieux de la vieille

Une France morte... (Les vieux de la vieille)

 

Une France peuplée d’avatars…

 

Dans trente ans la France ne sera définitivement plus « notre France », la France éternelle, celle de Sainte Géneviève, de Jeanne d’Arc, de Saint-Louis, de Richelieu, de Louis XIV, mais un territoire quelconque, un hall de gare, un terrain de camping, sans identité, sans Génie ni racines propres ; les prophètes-citoyens du jour nous le disent clairement (13).

 

Misère.

 

 

Notes :

(1) Le grand Régis Boyer utiliserait plutôt le terme de knörr ou encore de skeid, langship, karfi, skúta, ou byrdingr.

Cf. Les Vikings : Histoire, mythes, dictionnaire (Robert Laffont, Coll. Bouquins, 2008)

(2) Cf. Michel Audiard dans Les tontons flingueurs, de Georges Lautner (1963).

(3) Cf. Michel Audiard dans Les grandes familles, de Denys de la Patellière (1958).

(4) Cf. Michel Audiard dans La chasse à l’homme, d’Edouard Molinaro (1964).

(5) Cf. bien sûr, la préface à « L’avenir de l’intelligence » (1905) de Charles Maurras.

(6) Gilles Grangier (1960)

(7) Georges Lautner (1963)

(8) Georges Lautner (1964)

(9) Pierre Granier-Deferre (1965) 

(10) Georges Lautner (1963)

(11) Oliver Hirschbiegel (2004)

(12) Edouard Molinaro (1965)

(13) Cf. « A nous la France ! » de Rokhaya Diallo, Ed. Michel Lafon, 2012.

 

 

Iconograhie :

Tableau : Edelfelt – Women of Ruokolahti at the Church Hill. 1887. Huile sur toile, 129x159 cm. Détail. http://www.faoablog.com/blog/

L’inspiration de St Matthieu :

http://emotioninart.files.wordpress.com/2010/01/the_inspiration_of_saint_matthew_by_caravaggio.jpg

La victoire en chantant ; anonyme circa 1890 :

http://3.bp.blogspot.com/_6ANWXCxukAk/R1IGoOImRiI/AAAAAAAAAGA/bLb-Em2rSCs/s1600-R/Victoire2.jpg

Les vieux de la vieille, film de Georges Lautner (1963) :

http://www.cinemotions.com/data/films/0053/30/2/photo-Les-Vieux-de-la-vieille-1960-3.jpg