Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans un torchon hebdomadaire bien dans la zeitgeist, un pisse-copie, nommé David Caviglioli*, s’est fendu d’un article (1) sur Dominique Venner à la suite de la disparition de ce dernier et de la sortie de son livre posthume chez Pierre-Guillaume De Roux.

 

C’est ainsi que dans son papier, l’auteur qualifie Dominique Venner « d’essayiste inconnu ». Quel mépris de la part de ce petit journaleux des alcôves parisiennes.

 

Mais au fait, qui est vraiment « inconnu », Dominique Venner ou bien plutôt David Caviglioli ?

Regardons juste sur internet. Tapons respectivement les deux noms et prénoms et comparez les résultats :

Dominique Venner : 1 070 000 occurrences.

David Caviglioli : 6 120 occurrences.

Faut-il faire d’autres commentaires ?

 

L'obscur journaleux de la bien-pensance ose cracher sur un mort, mais ses postillons de vermisseau des marigots germano-pratins n’atteignent pas la statue du grand Dominique Venner.

 

Cet âne bâté de journaliste, avec ses mots « choisis », a voulu donner un coup de pied au lion mort ; et il pense s’être grandi, le pitoyable gribouilleur... Il ne montre en définitive que ce qu’il est, c’est-à-dire : rien ! De toute manière, cet illustre inconnu griffonneur au NouvelObs, peut-il seulement atteindre un niveau d’intelligence suffisant pour saisir la portée ne serait-ce qu’un chapitre d'un des nombreux ouvrages de Dominique Venner ? On peut en douter à lire sa prose formatée au conformisme indigent.

 

Et si l’on se souviendra longtemps de Dominique Venner, de ses écrits, de ce qu’il fut, l’on oubliera très vite David Caviglioli avant même qu’il ne disparaisse de la surface de la terre. Qui savait d’ailleurs qu’il existait, à part les maigres lecteurs de son torchon subventionné et peut-être aussi sa concierge ?

 

« Chacun ses morts », disait Michel Audiard (2). Oui, chacun ses morts ; et ne vous avisez donc pas de touchez aux miens ! Dominique Venner en fait partie.

 

Notes :

(*) Comme aurait pu le dire Sacha Guitry, "Mesdames, Messieurs, retenez bien son nom, ...vous n'en entendrez plus jamais parler".

(1) Cf. http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20130522.OBS0133/dominique-venner-seppuku-a-usage-promotionnel.html

(2) dans son livre « La nuit, le jour et toutes les autres nuits ».

 

Iconographie :

http://www.fond-ecran-image.com/voir.php?photo=galerie-membre/ane/mon-ane-feicommence-a-rire.jpg

Journaliste du NouvelObs s'imaginant refaire le monde (avant d'être refait par lui).

Journaliste du NouvelObs s'imaginant refaire le monde (avant d'être refait par lui).